Le 05 octobre, toutes et tous uni-e-s pour nos droits !

La crise sanitaire du COVID-19 a mis en lumière les limites d’un système libéral à bout de souffle, révélant à la fois les inégalités économiques, sociales et environnementales et dénonçant l’exploitation des richesses créées par les hommes par une minorité de profiteur-ses.

La pandémie ne s’estompe pas, partout dans le monde les populations sont touchées, parfois avec une violence et un rythme encore jamais atteints. Début mai 2021 l’OMS rappelait ainsi « Il y a eu plus de cas de Covid-19 signalés au cours des deux dernières semaines dans le monde, qu’au cours des six premiers mois de la pandémie ». Officiellement, plus de 200 millions de personnes ont déjà été contaminés et quasiment 5 millions en sont mortes, à cela s’ajoute les millions de Covid longs dont les conséquences à long terme sont encore méconnues (des études estiment que 10% des contaminés développent des séquelles plus ou moins importantes). L’OMS a par ailleurs reconnu que le nombre de décès liés directement ou indirectement au Covid-19 est « significativement sous-estimé », la surmortalité enregistrée étant deux à trois fois plus élevée que les décès attribués au virus. Le Covid-19 aurait causé au moins trois millions de décès directs et indirects pour la seule année 2020 alors que les bilans officiels font état d’environ 1,8 million de morts. À l’instar de l’université de Washington, elle estime que la pandémie aurait fait « environ 6 à 8 millions » de morts. Et le manque, voire l’absence de coordination au niveau mondial, n’ont fait qu’accentuer ce désastre humain et social.

Pour la CGT, le discours a toujours été clair : la vaccination doit rester un choix et il faut convaincre et non contraindre. En rappelant inlassablement que la lutte contre le virus ne pourra être complète qu’avec des mesures de réorganisations sociales visant à la suppression virale, et cela quel que soit le taux de vaccination. Les positions de l’OMS font directement échos à ce que le mouvement syndical progressiste recommande à travers le monde. La grande majorité des forces sociales et progressistes du globe font le constat que face à une pandémie, un système de santé gagné aux intérêts privés n’est pas en mesure d’y faire face. La CGT refuse le passe sanitaire, les reculs en matière de droit du travail qu’il génère et la stigmatisation par la vaccination obligatoire des soignants.

En cette rentrée, l’emploi est une des préoccupations essentielles des jeunes et du monde du travail. La précarité est en forte hausse, et malgré une opposition unanime, la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage reste d’actualité. Le retour de la réforme des retraites que nous avons combattue et empêchée revient à l’ordre du jour. Gouvernement et patronat veulent imposer de nouveaux reculs sur les retraites. Le chômage partiel a provoqué la plupart du temps des baisses de rémunération importantes. La CGT réaffirme son opposition totale à la reprise de la réforme de l’assurance chômage et à la poursuite de toutes les actions qui ont déjà permis de la combattre et en faire suspendre l’application. Elle réaffirme également son opposition totale à toute réouverture de discussions sur la réforme des retraites, pas question d’aller autour d’une table discuter d’un projet d’allongement de la durée de cotisations ou du recul de l’âge.

Pour la CGT, il est possible et urgent de rompre avec le modèle que tente de nous imposer les gouvernants actuels. Ensemble, dans l’unité la plus large, nous pouvons imposer le choix du progrès pour un monde juste, durable et solidaire qui nécessite de fortes transformations économiques, sociales et environnementales.

Le 5 octobre, mobilisé-e-s pour nos salaires, nos emplois et nos conditions de travail et d’études ! Faire du 5 octobre une date incontournable de la mobilisation sociale.

Tract Fédération Santé: tract_fd_5-10-2021

Tract UD 63: 2021-10-05_TRACT_UD_4P

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.