Message à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Mathilde Basset. « Ce n’est pas ça mon métier, madame Buzyn »

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR STÉPHANE GUÉRARD AVEC AUDREY PAILLASSE
JEUDI, 11 JANVIER, 2018
L’HUMANITÉ + Vidéo
Mathilde Basset participera à la journée de grève nationale intersyndicale le 30 janvier. Elle manifestera à Valence (Drôme).

 Hôpital. Une infirmière a posté sur Facebook un témoignage sur ses conditions de travail déplorables. Une « bouteille à la mer » qui crée des remous sur les réseaux.

Le post de Mathilde Basset commence ainsi : « Je suis infirmière depuis un an et demi. Je travaille depuis trois mois au centre hospitalier du Cheylard, en Ardèche. Enfin, je travaillais, car mon dernier contrat de trois semaines se termine le 4 janvier prochain, et c’est avec dégoût et la boule au ventre que je quitte ce radeau de la Méduse. » L’infirmière de 24 ans évoque les suites de son message à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Vous dénoncez le manque de moyens à l’hôpital dans lequel vous travailliez. Vous attendiez-vous à autant d’écho ?

Mathilde Basset J’ai posté le message le 27 décembre, en rentrant chez moi, excédée par ce que je venais de vivre. C’est un peu comme une bouteille à la mer. Je l’ai fait pour moi. Je ne m’attendais pas à l’ampleur que ça a pris : 10 200 partages ! Je viens de le glisser dans une enveloppe et vais l’envoyer à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Ça montre que la situation dépasse de très loin le cadre du centre hospitalier du Cheylard, que je n’incrimine pas, d’ailleurs.

Qu’est-ce qui vous a le plus choquée dans vos conditions de travail ?

Mathilde Basset C’est le fossé entre ce qu’on apprend, les valeurs des soignants qu’on nous inculque, et la réalité dans les services. C’est aussi le niveau de responsabilités que les établissements font peser sur le dos des soignants, parce qu’ils n’ont pas le choix, faute de moyens et de remplaçants. Fin octobre, je me suis retrouvée seule avec trente-cinq patients, une admission programmée et deux urgences. Je n’avais qu’un an d’ancienneté ! Comment laisser une jeune soignante comme moi avec toutes ces responsabilités ? J’ai géré comme j’ai pu. J’ai délaissé le relationnel avec les patients, qui devrait représenter un tiers de mon temps. J’ai fait abstraction en espérant ne pas craquer. Mais j’ai pleuré devant des patients parce que je ne pouvais pas faire mon métier. J’ai demandé en interne si la situation était normale. On m’a répondu que c’était comme ça, qu’on n’avait pas les moyens et que ça n’allait pas s’arranger. Mais à part se plaindre dans son coin, on fait quoi ? J’ai dit aux familles de nos usagers de saisir le conseil de vie sociale de l’établissement. J’invite les parents, les résidents, les associations d’usagers à dénoncer la situation, qui dépasse le cadre du Cheylard. On ment aux familles en leur disant que l’on prend en charge leurs parents.

Vous connaissiez pourtant la pénibilité de votre métier…

Mathilde Basset Bien sûr. Mais la pénibilité avec un effectif au complet n’est pas la même qu’avec un effectif réduit !

A-t-il été simple de partir ?

Mathilde Basset Il y a toujours un côté culpabilisant. Mais mes collègues disent elles-mêmes que nous sommes considérées comme des pions, qu’il faut arrêter si ça ne va pas. Je ne suis pas responsable de la situation. Ce n’est pas ça, mon métier. Je ne veux pas servir de caution.

Quelle suite donner à votre message ?

Mathilde Basset Je me retrouve un peu porte-parole malgré moi. J’aimerais que les effectifs augmentent. J’irai à la manifestation à Valence, le 30 janvier (jour de grève nationale intersyndicale dans les Ehpad – établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes – NDLR), mais je n’ai pas la prétention de changer les choses. On se bat contre des moulins à vent. Et les personnels soignants sont difficiles à bouger. Ils l’ont déjà tellement fait.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Une réaction

  1. Bonjour, je comprends tout à fait son ressenti au bout d’un an et demi!
    Ayant fait 23 ans de réa, je me suis battu pendant tout ce temps et au bout du compte, je n’y ai laissé que la santé.
    Plusieurs fois il m’est arrivé de pleuré avec les familles, nous sommes humains. En revanche, on se demande qui sont les gens qui sont à la tête de tout cela ? Ne sont ils pas des robots pour nous laisser face à des situations qui parfois , voir même de plus souvent mettent le patient en danger…..L’hôpital est l’endroit le plus inhumain que je connaisse et pourtant je ne renonce pas. Mais je pose toujours les mêmes questions : ce serait les membres de leurs familles ou eux mêmes qui seraient hospitalisés….? Peut être se rendrait il mieux compte des choses?
    En attendant, effectivement , nous ne sommes que des pions et les patients des organes. Ils n’ont pas d’identités!!!!
    Ne sont pas pris en charge globalement, il n’y a plus le temps de faire du relationnel et pourtant, c’est un réel manque !!! Le patient en a besoin , c’est une priorité dans le soin, on ne peut faire l’impasse la dessus.
    J’ai été confrontée à divers situations qui m’ont fait mainte fois sortir de mes gons …. et plusieurs fois je me suis heurtée avec les médecins réanimateurs car je n’étais pas d’accord avec leurs façons de faire….mais malheureusement , peu se remette en question!!!
    Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.